Combien de temps faut-il pour que les déchets se dégradent ?

Nous parlons souvent de déchets et d’ordures. Mais sommes-nous conscients de leur caractère polluant ? Il existe de nombreux types de déchets. Certains sont très dangereux, comme les produits chimiques, et d’autres peuvent mettre des milliers d’années à se décomposer, comme le plastique.

Nous devrions y penser chaque fois que nous jetons quelque chose. Même lorsque nous le jetons dans le conteneur pour le recyclage, puisque le déchet le moins contaminant est celui qui n’est pas produit, à plus forte raison s’il est jeté directement dans la nature. Voulez-vous savoir le temps nécessaire à la dégradation des déchets et le gaspillage ? Vous êtes donc au bon endroit, car dans cet article d’Océanium, nous le clarifions à l’aide de quelques exemples.

Combien de temps faut-il pour que les déchets et les résidus se dégradent

Quels sont les matériaux qui se dégradent le moins vite ? Combien de temps faut-il à un mégot de cigarette pour se dégrader ? Et à un chewing-gum ? Alors, quel est le temps nécessaire à la décomposition des déchets et les déchets ? Examinons quelques exemples :

  • 1 an : est ce qu’il faut pour dégrader le rôle qui est essentiellement constituée de cellulose. Mais il a d’autres composantes qui sont plus difficiles à « digérer » par nature. Si on le laisse sur le sol et qu’il pleut beaucoup, il se dégrade plus vite. Bien qu’il soit toujours préférable de le recycler pour éviter la déforestation.
  • Cinq ans : est ce qu’il faut pour faire disparaître un morceau de chewing-gum. De plus, par l’action de l’oxygène, il devient dur. Avec le temps, plusieurs années, elle se désagrège et disparaît.
  • 10 ans : les canettes en aluminium (bière, boissons non alcoolisées, jus de fruits, etc.). Une canette a du vernis et de l’acier étamé. Il faut beaucoup de pluie et d’humidité pour que la rouille la recouvre complètement et disparaisse ensuite. En outre, l’aluminium est un matériau qui peut être presque entièrement récupéré. Le polypropylène (qui contamine moins que le polystyrène) prend également une décennie pour se dégrader. Le plastique est réduit à des molécules synthétiques, invisibles mais présentes.
  • 30 ans : Les conteneurs Tetrabrik sont composés de 75% de cellulose, 20% de polyéthylène basse densité pur et 5% d’aluminium. Ce qui prend plus de temps à se dégrader, c’est l’aluminium. La cellulose, à l’extérieur, disparaît en un peu plus d’un an. Les laques et les mousses prennent également plusieurs décennies. Leur structure métallique les rend résistants à la dégradation naturelle.
  • 100 ans : les briquets d’acier et le plastique, peuvent mettre un siècle à disparaître. Surtout le plastique, car en fait il faut généralement plus d’un siècle comme nous le verrons plus loin. Il est très polluant et ne se dégrade pas facilement. De plus, certains modèles contiennent du mercure et d’autres du zinc, du chrome, de l’arsenic, du plomb ou du cadmium.

Ci-dessous, nous verrons les déchets qui prennent plus de temps à se dégrader qui prennent en fait des centaines, voire des milliers d’années.

Temps de dégradation des déchets - Temps de dégradation des déchets et des résidus

Le plastique et les piles, les déchets qui mettent le plus de temps à se dégrader

En effet, le plastique, les piles et le verre sont les déchets qui mettent le plus de temps à se décomposer et dont certains sont parmi les plus nocifs pour la planète. Plus précisément, le temps qu’il leur faut pour se dégrader est le suivant :

  • 150 et 300 ans : Les sacs en plastique mettent environ 150 ans à se dégrader. C’est pourquoi il est important de ne pas utiliser des sacs en plastique et, à la place, réutiliser sans cesse des sacs en tissu ou en carton ou, en tout cas, utiliser des sacs en bioplastique qui se dégradent naturellement. Les chaussures peuvent être en cuir, en tissu, en caoutchouc et en mousse synthétique. Ils présentent donc plusieurs stades de dégradation. La première chose qui disparaît, ce sont les parties en tissu ou en cuir. Les matériaux synthétiques ne disparaissent pas, ils sont seulement réduits. Les poupées sont aussi des objets en plastique et prennent du temps à disparaître. Les rayons du soleil parviennent à diviser ces objets en petites molécules, un processus qui peut durer des centaines d’années. Les bouteilles en plastique, nous le savons bien, sont parmi les objets les plus polluants. Les terribles îles qui se forment dans les océans en sont la preuve. La plupart sont fabriqués en polyéthylène téréphtalate (PET), un matériau qui ne peut pas être attaqué par les microorganismes.
  • 500 à 1 000 ans : Les piles, si elles ne sont pas traitées correctement, peuvent être très polluantes. Avec un danger supplémentaire. Si la couche protectrice qui les recouvre se dégrade, les métaux qu’elle contient sont libérés et un processus de contamination peut commencer. Le mercure est le métal le plus nocif pendant la durée de vie des piles. S’il entre en contact avec l’eau, il produit du méthylmercure, un composé qui se concentre dans la chaîne alimentaire, provoquant de graves troubles du système nerveux chez les êtres vivants. Selon des études spécialisées, une batterie au mercure peut contaminer 600 000 litres d’eau, une batterie zinc-air, 12 000 litres, une batterie à l’oxyde d’argent, 14 000 litres, et une batterie commune, 3 000 litres.
  • 4 000 ans : Les bouteilles en verre peuvent être des témoins exceptionnels du passage de tout ce temps. Ce sont, dans tous leurs formats, des objets très résistants. D’un seul coup, ils se cassent, oui, mais ces petits morceaux restent dans la nature pour presque toute l’éternité. Au moins, pour l’éternité de notre vie, nos petits-enfants, arrière-petits-enfants… De plus, il est 100% recyclable.