Il est urgent de sauver la vaquita : il ne reste que 30 spécimens

La vaquita ne s’est pas encore teint. Mais elles sont si peu nombreux qu’on ne peut que dire qu’elle est au bord de l’extinction. Si, il y a quelques mois encore, on parlait d’une soixantaine de spĂ©cimens dans la nature, on sait aujourd’hui que la derniĂšre Ă©tude qui donne un chiffre approximatif des spĂ©cimens restants considĂšre qu’il n’y en a que 30.

La derniĂšre Ă©tude du ComitĂ© international pour la rĂ©cupĂ©ration du Vaquita (CIRVA) a rĂ©duit l’estimation de moitiĂ©. Un dĂ©compte dont les fonctionnaires de l’État pour avoir utilisĂ© une autre mĂ©thode que la sienne, mais sans doute trois douzaines ou deux fois plus, nous sommes confrontĂ©s Ă  une situation de la plus grande urgence.

Selon le rapport du CIRVA, la population de ce cĂ©tacĂ©, le plus petit et le plus menacĂ© au monde, a diminuĂ© de 90 % au cours des 5 derniĂšres annĂ©es et, selon sa derniĂšre Ă©tude, depuis 2015, sa population a diminuĂ© de moitiĂ©, passant de 60 Ă  30 individus Ă  l’heure actuelle.

Les menaces : la pĂȘche et la pollution

Mais comment l’aider, est-il possible de le sauver ? Si les eaux du golfe de Californie restent un lieu hostile pour eux, leur rapide progression vers l’extinction peut difficilement ĂȘtre arrĂȘtĂ©e.

Elle est notamment affectĂ©e par la pĂȘche avec un type de filet qui sert Ă  capturer illĂ©galement des poissons totoaba, ce qui les affecte, puisqu’il les capture Ă©galement. Il s’agit donc d’une activitĂ© illĂ©gale, bien qu’elle soit menĂ©e clandestinement, et le vaquita perd constamment des stocks de ce fait.

De mĂȘme, le poisson totoaba est dans la mĂȘme catĂ©gorie, puisqu’il s’agit d’un autre animal en voie d’extinction. A cela, il faut ajouter la mauvaise qualitĂ© des eaux, polluĂ©es par les engrais et pesticides utilisĂ©s dans l’agriculture.

Il est urgent de sauver le vaquita : il ne reste que 30 spĂ©cimens - Les menaces : la pĂȘche et la pollution

Mesures pour la sauver

Jusqu’Ă  prĂ©sent, certaines mesures ont Ă©tĂ© prises pour tenter d’arrĂȘter la perte de l’espĂšce. Entre autres, l’utilisation de drones par les forces armĂ©es mexicaines pour contrĂŽler la pĂȘche illĂ©gale, l’interdiction des filets maillants et la signature par 182 pays de la Convention sur le commerce international des espĂšces menacĂ©es d’extinction (CITES) pour la sauver.

Mais ce n’est pas suffisant. La sauvegarde de cette espĂšce endĂ©mique du Mexique nĂ©cessite des mesures plus drastiques qui doivent ĂȘtre prises de toute urgence et ĂȘtre Ă©galement efficaces. Entre autres, les associations de protection de la nature et les experts en gĂ©nĂ©ral affirment qu’une interdiction permanente de la pĂȘche au filet maillant est nĂ©cessaire, ainsi qu’une surveillance accrue.

Urgence de sauver le vaquita : il ne reste que 30 spécimens - Mesures pour le sauver

Le vaquita

Si nous voulons vraiment la sauver, nous devons accroĂźtre nos efforts et mettre en Ɠuvre des mesures communes, sinon l’extinction sera imminente. Les spĂ©cialistes du CIRVA estiment que la mesure la plus efficace serait d’interdire ces rĂ©seaux.

Ce n’est que de cette maniĂšre, avec une interdiction permanente qui devrait autrement ĂȘtre rendue effective, qu’une amĂ©lioration serait possible. Jusqu’Ă  prĂ©sent, elle n’a Ă©tĂ© interdite que pour deux ans, et les indemnitĂ©s versĂ©es aux pĂȘcheurs pour cela ne sont pas aussi Ă©quitables qu’elles devraient l’ĂȘtre, comme l’a constatĂ© le Centre pour la diversitĂ© biologique en consultant les informations sur les bĂ©nĂ©ficiaires.

L’interdiction de la pĂȘche totoaba est essentiel pour la sauver, et rien n’est fait efficacement, nous rappelle Miguel Rivas, coordinateur de la campagne OcĂ©ans de Greenpeace :

Nous savons depuis 20 ans que le vaquita est en danger d’extinction et que si rien n’est fait, il s’Ă©teindra. En fait, personne n’a jamais cessĂ© de pĂȘcher dans la zone de totoaba, pas mĂȘme le dĂ©cret du gouvernement actuel d’il y a presque deux ans.

Une autre proposition visant Ă  sauver la vaquita est de les confiner dans un sanctuaire pour leur protection, ce qui permet d’Ă©viter de nombreux dĂ©cĂšs tout en encourageant les nouvelles naissances. De l’avis des experts, il s’agirait d’une solution intĂ©ressante si elle Ă©tait appliquĂ©e en conjonction avec l’interdiction de pĂȘche de la totoaba.

Sinon, ce serait une solution Ă  mi-chemin. Ce n’est qu’en mettant fin Ă  la cause principale de son dĂ©clin qu’il est possible de rĂ©ussir Ă  long terme. De plus, leur captivitĂ© pourrait ĂȘtre prĂ©judiciable aux quelques spĂ©cimens restants, estime Greenpeace.

Par consĂ©quent, leur captivitĂ© n’est valorisĂ©e que comme une mesure spĂ©cifique, visant Ă  prĂ©venir la disparition de l’espĂšce, qui serait une mesure temporaire. Non en vain, la capture des animaux pour les garder en captivitĂ© serait une mauvaise solution en soi mais elle pourrait peut-ĂȘtre s’inscrire dans un plan de stratĂ©gie visant Ă  rendre possible sa rĂ©introduction dans un habitat naturel.

Quoi qu’il en soit, pendant que les experts dĂ©battent de ces solutions et d’autres solutions possibles, ils se mettent d’accord pour demander aux autoritĂ©s mexicaines de dĂ©placer le dossier, sinon l’Ă©chec est gagnĂ© d’avance.

Urgence de sauver le vaquita : il ne reste que 30 spécimens - Le vaquita

Il y a encore de l’espoir

Enfin, ils pensent qu’il est encore possible de le faire, mais en mĂȘme temps ils avertissent que c’est « la derniĂšre chance ». À cet Ă©gard, ils avertissent que le compte Ă  rebours se dĂ©roule plus vite que nous ne l’imaginons, ce qui ne doit pas nous faire abandonner.

Au contraire, le fait qu’il s’agisse d’une situation trĂšs « triste et malheureuse » doit ĂȘtre utilisĂ© pour continuer Ă  croire qu’elle peut ĂȘtre sauvĂ©e et pour utiliser cette conviction comme un moteur pour la mise en Ɠuvre de mesures qui fonctionnent vraiment.

« Il y a encore de l’espoir pour la vaquita », dĂ©clare Kate O’Connell, consultante en mammifĂšres marins pour l’Institut du bien-ĂȘtre animal (AWI). C’est ce en quoi nous avons confiance, mais comme on dit, la foi est trĂšs bien quand elle s’accompagne d’une action, comme le rĂ©sume la cĂ©lĂšbre phrase « à Dieu avec une priĂšre et un marteau de forgeron ». Car, comme on dit aussi, si vous ne voulez pas travailler, il ne vaut pas la peine de prier.

Il est urgent de sauver le vaquita : il ne reste que 30 spécimens - Il y a encore de l'espoir