Pourquoi l’appeler la mer Caspienne si c’est un lac ?

La mer Caspienne, anciennement connue sous le nom de Caspium Mare o Jument HyrcaniumEn fait, ce n’est pas une vraie mer, mais un lac. La mer Caspienne est le plus grand lac du monde d’une superficie totale de 371 000 km2 (lĂ©gèrement plus grand que l’Allemagne) et un volume de 78 200 km3. Cet immense lac est situĂ© entre deux continents, l’Asie et l’Europe. Ses eaux baignent plusieurs pays dont la Russie et l’AzerbaĂŻdjan Ă  l’ouest, le Kazakhstan au nord et au nord-est, le TurkmĂ©nistan Ă  l’est et enfin l’Iran au sud.

GĂ©ographiquement, elle est situĂ©e dans la partie occidentale de la dĂ©pression de l’Oural et de la mer Caspienne et fait partie du plus grand bassin endorĂ©ique en surface terrestre. Comme il s’agit d’un bassin endorĂ©ique, l’eau de ce lac n’a pas d’exutoire, ni vers d’autres bassins ni vers la mer, et elle ne s’infiltre pas dans les terres, de sorte que la seule perte d’eau possible est due Ă  l’Ă©vaporation. Cela entraĂ®ne un enrichissement en sels du lac et donc, et bien qu’il s’agisse d’un lac dont ses eaux sont salĂ©es. Il existe une petite connexion artificielle avec la mer d’Azov par le canal de Manych.

La mer Caspienne se nourrit des eaux de la Volga, de l’Oural, de l’Emba et de la Kura. La cĂ´te de la mer Caspienne est irrĂ©gulière, avec de grands golfes Ă  l’est et est entourĂ©e de hautes chaĂ®nes de montagnes (Elburz et le Grand Caucase) le long de la cĂ´te sud et sud-ouest.

La mer Caspienne mesure environ 1 210 km du nord au sud et entre 210 et 436 km d’ouest en est. Il dispose Ă©galement d’une profondeur moyenne d’environ 170 m mais les zones plus profondes situĂ©es sur la rive sud du lac peuvent atteindre 995, voire 1025 m. Bien que son niveau d’eau puisse varier d’une annĂ©e Ă  l’autre, il se situe gĂ©nĂ©ralement Ă  28 mètres sous le niveau de la mer.

En ce qui concerne la biologie de la mer Caspienne, la prĂ©sence d’esturgeon (Acipenser sturio), particulièrement cĂ©lèbre pour l’importante valeur gastronomique de ses Ĺ“ufs et communĂ©ment appelĂ© caviar. En raison de la surpĂŞche, les populations d’esturgeons ont considĂ©rablement diminuĂ© au fil des ans et diverses initiatives Ă©cologiques ont vu le jour qui demandent l’interdiction de la pĂŞche Ă  l’esturgeon. L’espèce caractĂ©ristique de ces eaux est le phoque de la mer Caspienne (Phoca caspica o Pusa caspica), un mammifère aquatique endĂ©mique de la mer Caspienne.

Pour comprendre la nature des eaux de la mer Caspienne, il est nĂ©cessaire de regarder en arrière et de remonter Ă  ses origines. Il y a 30 millions d’annĂ©es, la mer Caspienne Ă©tait liĂ©e aux ocĂ©ans et aux mers qui s’est Ă©chouĂ© sur l’Asie du Sud-Ouest, comme la mer de Paratetis. Plus tard, il y a environ 5,5 millions d’annĂ©es, le continent europĂ©en a commencĂ© Ă  se soulever et ses eaux ont Ă©tĂ© sĂ©parĂ©es de l’ocĂ©an. Au dĂ©part, après la montĂ©e des montagnes du Caucase et de l’Elburz, les bassins de la mer Caspienne et de la mer Noire ont Ă©tĂ© rĂ©unis, mais finalement la montĂ©e des montagnes du Caucase a complètement isolĂ© les eaux de la mer Caspienne. Cet isolement ainsi que les conditions environnementales uniques de ce lac ont favorisĂ© l’irradiation de nouvelles espèces en raison du dĂ©clenchement de nouveaux processus Ă©volutifs.

En raison de son origine, les eaux sont lĂ©gèrement salĂ©es. Sa salinitĂ© est Ă©gale Ă  un tiers de la salinitĂ© de l’eau des ocĂ©ans, soit 1,2 % de la salinitĂ© de l’ocĂ©an. En outre, ce lac a un taux d’Ă©vaporation Ă©levĂ©, de sorte que les sels s’accumulent dans l’eau en augmentant sa salinitĂ©.

Les pays dont les eaux sont baignĂ©es par la mer Caspienne ont besoin de rĂ©glementer les rĂ©serves de ressources naturelles qui s’y trouvent. Il y a trois ressources d’une importance particulière et qui pourrait devenir une source de conflit si elle n’est pas correctement rĂ©glementĂ©e :

  • Ressources minĂ©rales et Ă©nergĂ©tiques (pĂ©trole et gaz naturel)
  • Ressources de pĂŞche.
  • Accès aux eaux internationales (Volga et canaux reliant la mer Noire et la mer Baltique)

LĂ©galement, si une masse d’eau est considĂ©rĂ©e comme la mer, les accords internationaux exigeraient un accès garanti aux navires Ă©trangers. Toutefois, ces obligations disparaissent lorsqu’il s’agit d’un lac. En outre, cela signifierait que les pays voisins devraient se partager les ressources du fond en fonction de la taille de ses rives et comme il s’agit d’un lac, les ressources doivent ĂŞtre partagĂ©es proportionnellement entre les pays environnants.

Dans le cas particulier de la mer Caspienne, il existe un problème supplĂ©mentaire qui concerne tous les pays qui utilisent ses eaux, ainsi que celles de ses affluents. Puisque les eaux de ce lac n’ont pas d’exutoire, ce système est très sensible Ă  la pollution de l’eau. L’eau reste longtemps dans le lac et, par consĂ©quent, l’entrĂ©e d’un polluant dangereux dans le lac y resterait longtemps et pourrait nuire gravement Ă  la santĂ© de l’Ă©cosystème. Les dangers potentiels sont principalement liĂ©s Ă  :

  • Extraction de pĂ©trole (plateformes d’extraction, dĂ©versements)
  • Construction d’Ă®les artificielles.
  • Une activitĂ© agricole et industrielle intense et incontrĂ´lĂ©e.
Pourquoi on l'appelle la mer Caspienne s'il s'agit d'un lac - Mer ou lac : conflit d'intérêts