Que sont les cyclones et les anticyclones

La rotation de la Terre provoque une courbure de l’air traversant la troposphère, c’est-Ă -dire que les masses d’air sont soumises Ă  une force qui dĂ©vie leur trajectoire. Cette force, communĂ©ment appelĂ©e L’effet de CoriolisLe fait que le colonnes d’air ascendantes de l’hĂ©misphère nord se dĂ©gonfleront dans le sens des aiguilles d’une montre (sens des aiguilles d’une montre) et ceux de l’hĂ©misphère sud se dĂ©gonfleront dans le sens inverse (sens inverse des aiguilles d’une montre).

Cet effet produit des mouvements très importants non seulement dans l’air, mais aussi dans les masses d’eau. Cet effet est d’autant plus important qu’il est proche de l’Ă©quateur, puisque la surface de la Terre dans cette zone est plus grande et se trouve Ă©galement ĂŞtre la zone la plus Ă©loignĂ©e du centre de la Terre.

Les cyclones sont un phĂ©nomène très courant, gĂ©nĂ©ralement considĂ©rĂ© comme des vents violents accompagnĂ©s de tempĂŞtes. Ces vents forts se forment dans les zones oĂą la pression est basse (moins de 1013 Pa), et ces basses pressions gĂ©nèrent des vents qui attirent d’autres masses d’air atmosphĂ©rique Ă  plus haute pression. Ce phĂ©nomène, Ă©galement appelĂ© tempĂŞte ou flux cycloniqueDans le cas de la mer, elle prend naissance lorsque la surface de la mer est Ă  des tempĂ©ratures Ă©levĂ©es, puisque, dans ces conditions, l’air chaud monte chargĂ© d’humiditĂ© jusqu’Ă  ce qu’il se condense en nuages d’orage. Tous ces nuages avancent en grands cercles qui tournent sur eux-mĂŞmes, formant des vents extrĂŞmement forts et laissant au centre un espace appelĂ© « œil de l’ouragan ». Ces flux cycloniques sont particulièrement particuliers en raison de la grande Ă©nergie qu’ils possèdent, qui provient de la chaleur dĂ©gagĂ©e par la vapeur d’eau libĂ©rĂ©e lorsqu’elle se condense.

Il peut avoir un diamètre allant jusqu’Ă  200 km, et les vents cycloniques peuvent atteindre des vitesses comprises entre 50 et 250 km/h (selon le type de cyclone en cause, ils perdent de leur force Ă  l’approche des terres ou lorsqu’ils atteignent des zones ocĂ©aniques aux tempĂ©ratures plus froides.

Ces types de phĂ©nomènes produisent d’Ă©normes vagues et de grands dĂ©placements de masses d’eau. Dans les zones tropicales, les cyclones provoquent souvent des inondations importantes et sont capables de transporter des objets très lourds sur de longues distances.

Catégories ou types de cyclones

  • Les tropiques.
  • Extratropicale.
  • Subtropicales.
  • Polaire.
  • MĂ©socyclones.

De cette classification, le plus important est le cyclone tropical, qui est subdivisĂ© en cinq catĂ©gories selon la vitesse et l’agressivitĂ© des vents. Ce type de cyclone, en fonction de sa force, peut ĂŞtre appelĂ© dĂ©pression tropicale, tempĂŞte tropicale ou ouragan. Évidemment, celui qui a la plus grande vitesse et agressivitĂ© est l’ouragan, qui provoque des vents très forts et de grands dĂ©gâts.

Bien que les cyclones tropicaux puissent gĂ©nĂ©rer de grands dĂ©gâts, comme la destruction des habitations et des habitats naturels, ils peuvent Ă©galement avoir des effets très positifs, comme la fin des pĂ©riodes de sĂ©cheresse ou la rĂ©gĂ©nĂ©ration de la couverture vĂ©gĂ©tale (par l’Ă©limination des arbres plus âgĂ©s ou plus faibles).

En rĂ©fĂ©rence aux cyclones extratropicaux, on peut dire qu’ils sont associĂ©s Ă  un système de basse pression situĂ© entre les tropiques et les pĂ´les et qu’ils dĂ©pendent du contraste entre les masses d’air froid et chaud. En cas de chute très marquĂ©e de la pression atmosphĂ©rique, ce type de cyclone est appelĂ© cyclogenèse explosive et produit de grands dĂ©gâts, comme des inondations ou des glissements de terrain.

En ce qui concerne les cyclones subtropicaux, ils prĂ©sentent une fusion des caractĂ©ristiques des deux cyclones prĂ©cĂ©dents, et leurs caractĂ©ristiques dĂ©pendront de leur lieu d’origine. En ce qui concerne le cyclone polaire, il faut mentionner qu’il est aussi gĂ©nĂ©ralement appelĂ© cyclone arctique, et qu’il s’avère ĂŞtre un système de basse pression d’un diamètre assez important qui provoque des vents forts. Il a nĂ©anmoins une durĂ©e de vie plus courte que les cyclones tropicaux, puisqu’il peut atteindre son maximum en 24 heures.

Enfin, le mĂ©socyclone est un tourbillon d’air qui se forme lors d’un orage convectif, et qui est gĂ©nĂ©ralement associĂ© aux orages. Ce phĂ©nomène se forme dans des conditions de grande instabilitĂ© et lorsqu’il y a des vents forts Ă  grande hauteur, mais il est gĂ©nĂ©ralement très rare Ă  voir.

Un anticyclone est une zone de haute pression (supĂ©rieure Ă  1013 Pa), dans laquelle la pression atmosphĂ©rique est plus Ă©levĂ©e que l’air ambiant et augmente de la pĂ©riphĂ©rie vers le centre. Elle peut gĂ©nĂ©ralement ĂŞtre associĂ©e Ă  un temps typiquement stable, avec un ciel clair et du soleil.

La colonne d’air d’un anticyclone est plus stable que l’air qui l’entoure. A son tour, l’air qui descend vers le bas produit un phĂ©nomène appelĂ© « subsidence », ce qui signifie qu’il empĂŞche la formation de prĂ©cipitations. Toutefois, il faut tenir compte du fait que la façon dont l’air descendra varie selon l’hĂ©misphère dans lequel il se trouve.

Ces les flux anticycloniques se développent plus facilement en été, ce qui aggrave encore la saison sèche. Ils ont tendance à être des phénomènes irréguliers, tant dans leur forme que dans leur comportement, contrairement aux cyclones, qui sont plus facilement prévisibles. En général, les anticyclones peuvent être classés en quatre groupes ou types.

Types ou groupes d’anticyclones

  • Atlas subtropical
  • Atlas polaire continental
  • Atlas parmi les sĂ©ries de cyclones
  • Atltas produites par l’invasion de l’air polaire

Les premiers sont les atlas subtropicaux, qui se rĂ©vèlent ĂŞtre de grands flux anticycloniques allongĂ©s, situĂ©s dans les rĂ©gions subtropicales et normalement stationnaires ou Ă  mouvements très lents. Dans ce groupe, nous devons souligner l’anticyclone des Açores, qui s’avère ĂŞtre un anticyclone très important et dynamique qui conditionne le climat de la rĂ©gion et les tempĂŞtes qui surviendront lors des saisons plus froides.

En deuxième lieu se trouvent les anticyclones appelĂ©s atlas polaires continentaux, qui se forment en hiver sur les continents les plus proches du nord et se dĂ©placent jusqu’Ă  ce qu’ils atteignent des eaux plus chaudes et soient absorbĂ©s par l’anticyclone subtropical.

Le troisième groupe d’anticyclones sont les atlas entre les sĂ©ries de cyclones, qui sont de petite taille et qui, comme leur nom l’indique, apparaissent entre les cyclones.

Le dernier groupe anticyclonique est celui des atltas produites par l’invasion de l’air polaire, qui comme son nom l’indique, l’air froid adsorbe la chaleur des eaux plus chaudes et se transforme après quelques jours en un anticyclone subtropical.

Que sont les cyclones et les anticyclones - Que sont les anticyclones et leurs types