Quelles sont les annélides : classification et exemples

[ad_1]

Les annĂ©lides sont un phylum animal d’organismes invertĂ©brĂ©s prĂ©sents dans tous les types d’habitats et sont caractĂ©risĂ©s par un corps vermiforme composĂ© de segments divisĂ©s par des anneaux. Ils comprennent Ă  la fois des vers de terre et des sangsues, ainsi qu’un grand nombre de vers marins.

Les annélides sont des eucalyptus qui constituent un phylum (Annelida) de plus de 10 000 espèces. Ils présentent une symétrie bilatérale et une morphologie vermiforme, communément appelée forme du ver avec plus de deux couches de cellules, tissus et organes. Bien que la plupart soient des organismes aquatiques, ils occupent également des environnements terrestres.

Caractéristiques des annélides

Le corps annĂ©lide est diffĂ©renciĂ© en une rĂ©gion antĂ©rieure appelĂ©e la prostomie (qui correspond Ă  la tĂŞte), le tronc et le pigidium (la dernière partie oĂą se trouve l’anus). Les annĂ©lides se caractĂ©risent par le fait qu’ils ont subi un processus Ă©volutif de mĂ©tamĂ©risation, de sorte que leur corps est divisĂ© en mĂ©tamères ou segments disposĂ©s le long de l’axe antĂ©ro-postĂ©rieur. Le tronc des annĂ©lides est la seule rĂ©gion qui possède des mĂ©thamères, qui sont formĂ©es Ă  partir du pigidium, de sorte que les segments les plus jeunes se trouvent devant lui et les plus vieux dans la partie la plus antĂ©rieure. Les segments du tronc sont sĂ©parĂ©s par des cloisons ou septa et chaque segment a un espace Ă  l’intĂ©rieur qui correspond au cellome, lequel est recouvert d’une paroi appelĂ©e pĂ©ritoine. Dans les segments du tronc, une sĂ©rie de structures morphologiques se rĂ©pètent, comme les vaisseaux sanguins, la musculature et les nĂ©phrides.

La musculature du corps annĂ©lide est divisĂ©e en musculature circulaire et longitudinale. Les contractions de la musculature sont effectuĂ©es par segments ou groupes de segments, le long de l’axe antĂ©ro-postĂ©rieur, et elle se propage comme une onde pĂ©ristaltique Ă  travers le corps, faisant avancer l’individu, c’est-Ă -dire que c’est le mĂ©canisme utilisĂ© par les annĂ©lides pour se dĂ©placer, en rampant sur le sol ou en nageant dans l’eau.

Dans les annĂ©lides plus Ă©voluĂ©s, il est courant que la prothèse fusionne avec l’un des segments du tronc, formant ainsi une tĂŞte composite secondaire. Ensuite, le système nerveux de la partie antĂ©rieure du corps se fusionne Ă©galement et les ganglions de la chaĂ®ne nerveuse se rassemblent pour former un ganglion complexe. Les annĂ©lides peuvent prĂ©senter Ă  la fois la reproduction sexuelle et l’hermaphrodisme. Ils ont un système circulatoire fermĂ© et manquent d’organes respiratoires, puisqu’ils effectuent l’Ă©change gazeux avec l’extĂ©rieur Ă  travers la peau, c’est-Ă -dire qu’ils sont les animaux qui respirent la peau.

Qu'est-ce que les annélides : classification et exemples - Qu'est-ce que les annélides et leurs caractéristiques

Le classification annélide se trouve dans trois groupes : polychètes (Polychaeta), oligochètes (Oligochaeta) et hirudinea.

Polychètes (Polychaeta)

Il s’agit du groupe d’annĂ©lides le plus diversifiĂ© et le plus abondant, avec plus de 6 000 espèces. Il s’agit des annĂ©lides marins principalement benthique et de couleur vive. Il existe des diffĂ©rences entre les vagabonds, qui se dĂ©placent librement dans le substrat, et les sĂ©dentaires, qui vivent dans des galeries qui creusent dans le substrat. Les polychètes errants ont gĂ©nĂ©ralement un corps aplati, avec une tĂŞte bien dĂ©veloppĂ©e et des appendices sur le tronc appelĂ©s parapodes ou podiums (une paire pour chaque segment), qu’ils utilisent lorsqu’ils nagent et d’oĂą Ă©mergent des quetas ou soies qui couvrent la surface du corps et sont notamment visibles. Les polychètes se nourrissent d’algues et d’autres nutriments qu’ils trouvent dans le sable.

La plupart des polychètes sont de sexes distincts, bien qu’il existe des spĂ©cimens hermaphrodites. Ils se reproduisent sexuellement et ont une copulation externe, de sorte que les gamètes sont libĂ©rĂ©s dans l’eau et fusionnent indĂ©pendamment, donnant naissance Ă  de nouveaux organismes. Dans le comportement reproductif, ils dĂ©veloppent gĂ©nĂ©ralement un segment spĂ©cialisĂ© qu’ils Ă©liminent pendant ou après la libĂ©ration des gamètes.

Oligochètes (Oligochaeta)

Le deuxième groupe d’annĂ©lides le plus abondant, avec quelques 3 100 espèces connu. Ils vivent dans divers habitats, tant terrestres que d’eau douce, avec quelques espèces marines. Ils se nourrissent de matières vĂ©gĂ©tales en dĂ©composition. Ils ont un corps allongĂ© et une section plus arrondie, avec une tĂŞte moins dĂ©veloppĂ©e et moins de diversitĂ© morphologique que les polychètes. Ils se caractĂ©risent par leur absence de podiums et par le peu de quetas, qui sont aussi pratiquement invisibles Ă  l’Ĺ“il nu. La prostomie semble sous-dĂ©veloppĂ©e, dĂ©pourvue d’organes sensoriels et d’appendices. La mĂ©tastase a un nombre variable de segments, avec quatre paires de quetas latĂ©raux et quatre quetas ventraux. La mĂ©tastase comporte Ă©galement une paire de nĂ©phridiopores par segment, des pores dorsaux qui relient le cellome Ă  l’environnement externe, et des pores femelles et mâles sur les segments 14 et 15, respectivement. Le pigidium possède un anneau oĂą se trouve l’anus.

Les oligochètes sont gĂ©nĂ©ralement des animaux hermaphrodites et, lorsqu’ils atteignent le stade adulte, ils dĂ©veloppent un clitellum dans la mĂ©tastase, qui est un organe important de la reproduction sexuĂ©e. Les oligochètes sont Ă©galement capables de se reproduire de manière asexuĂ©e par un processus de fission. La plupart des oligochètes vivent en libertĂ©, mais il y a aussi des spĂ©cimens dans le cadre du mode de vie parasitaire. Ils n’ont ni la vue ni l’ouĂŻe, mais sont capables de dĂ©tecter la lumière et les vibrations et de communiquer par le toucher et le goĂ»t.

Hirudinea

Ils se connaissent environ 500 espèces de l’hirudinium, aussi connues sous le nom de sangsues. Ce sont des organismes hermaphrodites qui vivent dans les milieux d’eau douce, les ocĂ©ans et les zones humides. Certains sont des prĂ©dateurs qui se nourrissent de vers, d’escargots, de poissons et d’invertĂ©brĂ©s et d’autres sont des parasites. Certains hirudinae sont des suceurs de sang et d’autres non. Leur corps aplati et allongĂ© est de couleur sombre et comporte des ventouses Ă  chaque extrĂ©mitĂ© ; la prostomie et les cinq premiers segments du corps sont soudĂ©s ensemble pour former une veine qui contient la bouche, tandis que le pigidium est soudĂ© aux sept derniers segments Ă  l’arrière, donnant naissance Ă  une autre ventouse qui abrite l’anus. Le corps des polychètes a un nombre fixe de segments (33), bien que le nombre d’anneaux par segment varie selon les espèces. Ils se caractĂ©risent Ă©galement par le fait qu’ils n’ont pas de quets ou de pods.

Dans la zone antĂ©rieure du corps, on observe les orifices gĂ©nitaux, chaque individu possède un pore gĂ©nital fĂ©minin et un pore gĂ©nital masculin, et aussi, lorsqu’il atteint la maturitĂ© sexuelle, il dĂ©veloppe un clitellum. Certaines espèces ont des yeux et beaucoup ont des dents pointues ou mĂŞme des mâchoires. Ils sont sourds et ont une vision peu dĂ©veloppĂ©e, de sorte qu’ils dĂ©pendent du toucher et du goĂ»t pour communiquer.

[ad_2]