+105 animaux qui respirent par leurs poumons

Pour obtenir l’oxygène prĂ©sent dans l’atmosphère, nĂ©cessaire Ă  la survie de chaque animal aĂ©robie, il est indispensable de disposer d’un système respiratoire adĂ©quat. Cette adĂ©quation dĂ©pendra Ă  la fois des caractĂ©ristiques anatomiques de l’animal, ainsi que des conditions de l’environnement dans lequel il vit. Ainsi, les animaux des habitats terrestres possèdent par excellence un système respiratoire pulmonaire (parfois rĂ©duit Ă  un système trachĂ©al chez certains invertĂ©brĂ©s), tandis que les animaux des Ă©cosystèmes aquatiques, au cours de leur Ă©volution biologique, ont dĂ©veloppĂ© d’autres systèmes respiratoires tels que la respiration branchiale ou la respiration cutanĂ©e (par la peau).

Bien que, comme dans tout autre domaine, il existe certaines exceptions Ă  ces règles gĂ©nĂ©rales d’un type de système respiratoire associĂ© Ă  l’un ou l’autre type d’Ă©cosystème, comme c’est le cas des mammifères aquatiques, des dipneustes, etc.

Qu’est-ce que la respiration pulmonaire ?

La respiration pulmonaire est le processus qui permet aux animaux d’obtenir l’oxygène dont ils ont besoin pour survivre, en utilisant leurs poumons. Les animaux de diffĂ©rents groupes (mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens et mĂŞme certains invertĂ©brĂ©s), ont les structures pulmonaires dans leur anatomie interne pour effectuer le processus complexe d’Ă©change de gaz pendant la respiration pulmonaire. Ces animaux flĂ©chĂ©s vivent principalement dans des habitats et des Ă©cosystèmes terrestres, ou font frĂ©quemment surface, dans le cas des animaux des Ă©cosystèmes aquatiques, pour capturer l’oxygène prĂ©sent sous forme de gaz dans l’atmosphère.

Une fois que l’oxygène a pĂ©nĂ©trĂ© dans l’animal (par le nez ou la bouche), il suit un circuit Ă©tabli dans le système respiratoire, passant par la trachĂ©e, les bronches et ce que l’on appelle les bronchioles, qui sont des structures ramifiĂ©es dans les poumons dans lesquelles l’Ă©change gazeux a lieu, obtenant du dioxyde de carbone Ă  la suite de la respiration, qui est expulsĂ© dans l’environnement par l’expiration.

L’oxygène captĂ©, en revanche, sera distribuĂ© dans tout le corps de l’animal, grâce Ă  l’action du système circulatoire, qui transportera les molĂ©cules d’oxygène dissoutes dans le sang vers les organes qui ont besoin d’Ă©nergie et d’oxygène pour leur bon fonctionnement.

+105 animaux qui respirent par leurs poumons - Qu'est-ce que la respiration pulmonaire

Les animaux à respiration pulmonaire : les mammifères

Toutes les mammifères ont une respiration pulmonaire adaptĂ©e Ă  l’environnement et Ă  l’Ă©cosystème dans lequel ils vivent, ayant ainsi certaines spĂ©cialisations et stratĂ©gies en matière de respiration, tant sur terre que dans les milieux aquatiques.

En voici une liste des animaux qui respirent des poumons avec des noms communs et scientifiques, les différenciant en mammifères aquatiques ou terrestres et, à leur tour, en mammifères des curieux groupes des marsupiaux et des monotrèmes.

Mammifères terrestres

  • Humains (Homo sapiens sapiens)
  • Alpaga (Vicugna pacos)
  • Porc ou sajiro (Sus scrofa domestica)
  • Lapins (genre Oryctolagus)
  • Gazelles (genre Gazella)
  • Guanaco (Lama guanicoe)
  • Le bouquetin de SibĂ©rie (Capra sibirica)
  • Jaguar (Panthera onca)
  • Leon (Panthère lion)
  • LĂ©opard des neiges (Panthera uncia)
  • Appel (Lama glama)
  • Singe de la nuit des Andes (Aotus miconax)
  • Ours polaire (Ursus maritimus)
  • Fourmiliers gĂ©ants (MyrmĂ©cophaga tridactyla)
  • Lazy bay (Bradypus variegatus)
  • Puma (Puma concolor)
  • Vicuña (Vicugna vicugna)
  • Renard gris (Pseudolopes griseus)

Mammifères terrestres marsupiaux

  • Ecureuils volants (genre Pteromyini)
  • Kangourous (famille Macropodidae)
  • Le diable de Tasmanie (Sarcophilus harrisii)
  • Numbat (Myrmecobius fasciatus)
  • Souris marsupiale (genre Sminthopsis)
  • Taupe marsupiale (Les typhlops des Notoryctes)
  • Wallaby de roche (genre Petrogale)
  • Uombats (genre Vombatidae)
  • Opossums ou belettes (Ordre de Didelphimorphia)

Mammifères terrestres monotrèmes

  • Echidna Ă  museau court (Tachyglossus aculeatus)
  • Echidna Ă  long museau de l’Est (Zaglossus bartoni)
  • Platypus (Ornithorhynchus anatinus)

Mammifères marins

  • Baleine Ă  bosse (Megaptera novaeangliae)
  • Cachalot (Physiter macrocephalus)
  • Baleine pilote (Grampus griseus)
  • Dauphins (famille des Delphinidae)
  • Otaries (genre Otaria)
  • Phoques (famille des Phocidae)
  • Morse (Odobenus rosmarus)
  • Narval (Singes monodons)
  • Orcas (Orcinus orca)

Poumon des oiseaux respirant

L’anatomie des oiseaux est « conçue » et orientĂ©e vers des formes aĂ©rodynamiques qui facilitent leurs habitudes de vol (dans la plupart des cas), ou sont adaptĂ©es Ă  la course (oiseaux qui courent) ou mĂŞme Ă  la nage (oiseaux qui ne volent pas et nagent). Dans ce contexte, les poumons des oiseaux sont Ă©galement adaptĂ©s Ă  cette anatomie aĂ©rodynamique, avec une respiration pulmonaire effective et efficace.

Quelques exemples d’oiseaux la plus connue dans le monde, tous avec une respiration pulmonaire sont :

  • Aigle impĂ©rial de l’Est (Aquila heliaca)
  • Harfang des neiges (Bubo scandiacus)
  • Cacatoès (famille des Cacatuidae)
  • Canaries (Serinus canaria domestica)
  • Casuario (genre Casuarius)
  • Sterne d’Asie (Sterna paradisaea)
  • Cigogne blanche (Ciconia ciconia)
  • Condor andin (Vultur gryphus)
  • Guanay Cormorant (Leucocarbo bougainvillii)
  • Coucou commun (Cuculus canorus)
  • Emu (Dromaius novaehollandiae)
  • Aigrette des neiges (Egretta thula)
  • GoĂ©land arctique (Sterna paradisaea)
  • Hirondelles (Hirundo rustica)
  • Les moineaux domestiques (Passer domesticus)
  • Faucon pèlerin (Falco peregrinus)
  • Chardonneret (Carduelis carduelis)
  • Pacific Koel (Eudynamys orientalis)
  • Chouette effraie (Tyto alba)
  • Le merle (Turdus merula)
  • HuĂ®trier noir (Egretta thula)
  • La dinde de brousse (Lecture de Lathami)
  • PĂ©lican pĂ©ruvien (Pelecanus thagus)
  • Rouge-gorge europĂ©en (Erithacus rubecula)
  • Pingouin Humboldt (Spheniscus humboldti)
  • Nightingale (Luscinia megarhynchos)
  • Pie (Pica pica)
  • Grive commune (Turdus philomelos)

Reptiles et amphibiens Ă  respiration pulmonaire

Les reptiles ont un mĂ©canisme efficace de respiration pulmonaire pour survivre dans chacun des diffĂ©rents habitats et environnements dans lesquels ils existent, ayant des muscles thoraciques très dĂ©veloppĂ©s pour une bonne dilatation de la cage thoracique et, par consĂ©quent, l’entrĂ©e d’air Ă  chaque inspiration, et la sortie d’air consĂ©quente lors de l’expiration. Les poumons de reptiles sont de texture spongieuse, apparaissant parfois comme deux poumons dans certains organismes et un seul dans d’autres.

Quelques exemples de reptiles qui respirent dans les poumons :

  • CaĂŻmans (famille des Alligatoridae)
  • Crocodile du Nil (Crocodylus porosus)
  • Crocodile d’eau douce australien (C. johnsoni)
  • Crocodile mexicain (C. moreletii)
  • Crocodile de l’OrĂ©noque (C. intermedius)
  • Crocodile nain (Osteolaemus tetraspis)
  • Le dragon de Komodo (Varanus komodoensis)
  • LĂ©zards (famille Lacertidae)
  • Le gecko Ă  queue de feuille satanique (Uroplatus phantasticus)
  • LĂ©zard (famille Lacertidae)
  • CamĂ©lĂ©ons (famille des Chamaeleonidae)
  • Serpent corail (famille des Elapidae)
  • iguane marin (Amblyrhynchus cristatus)
  • Tortues vertes (Chelonia mydas)
  • Tortue luth (Dermochelys coriacea)
  • Tortue Ă  Ă©cailles (Eretmochelys imbricata)
  • Tortues caouannes (Caretta caretta)

La respiration des amphibiens suit diffĂ©rents processus selon leur propre stade de dĂ©veloppement et les caractĂ©ristiques de l’environnement dans lequel ils se trouvent, ainsi que leurs besoins Ă©nergĂ©tiques et respiratoires. Ainsi, ils sont capables de combiner la respiration pulmonaire avec la respiration cutanĂ©e (par la peau) et la respiration branchiale (par les branchies).

Plus prĂ©cisĂ©ment, la respiration pulmonaire chez les amphibiens, dans le cas du « C », il est effectuĂ© pendant la pĂ©riode adulte des organismes, prĂ©sentant alors des poumons bien dĂ©veloppĂ©s. Celles-ci se caractĂ©risent par une grande Ă©lasticitĂ© et par le fait d’avoir des chambres aĂ©riennes (appelĂ©es alvĂ©oles). La respiration pulmonaire donne aux amphibiens la capacitĂ© de pomper l’oxygène qui entre dans leur bouche et leurs narines, puis de l’expulser sous forme de dioxyde de carbone.

Quelques exemples d’amphibiens qui respirent dans les poumons pendant leur stade de dĂ©veloppement Ă  l’âge adulte :

  • Crapaud commun (Bufo bufo)
  • Crapaud gĂ©ant marin (Marina de Rhinella)
  • Triton (Charonia tritonis)
  • Salamandre commune (Salamandre salamandre)
  • Gallipato (Pleurodeles waltl)
  • La grenouille de Saint-Antoine (Hyla arborea)
  • Grenouille Ă  flèche empoisonnĂ©e (Phyllobates terribilis)
  • FlĂ©chette de grenouille Ă  la fraise (Oophaga granulifera)
  • Les grenouilles « à queue » de Nouvelle-ZĂ©lande (genre Ascaphus)
  • Ajolote (Ambistoma mexicanum)
  • Cecilias (famille Gymnophiona)

Animaux invertébrés avec respiration pulmonaire

Les poumons qui existent au sein du groupe nombreux et diversifiĂ© des invertĂ©brĂ©s sont des poumons de diffusion, dans lesquels aucun mĂ©canisme de ventilation active n’intervient, mais simplement des chambres pulmonaires recouvertes de nombreux plis internes dans lesquels s’effectuent les Ă©changes gazeux.

Ces poumons sont appelĂ©s pneumostome et est prĂ©sentĂ© exclusivement par certains organismes des groupes des mollusques terrestres et des arachnides avec l’utilisation d’un type spĂ©cial de filtre, de laminĂ©s ou de filotráqueas. Voici des exemples d’animaux invertĂ©brĂ©s qui respirent par les poumons:

Exemples de mollusques terrestres ayant une respiration pulmonaire

  • Limaces de Systellomatophore (groupe Systellommatophora)
  • Escargot de terre commun ou escargot de jardin (Helix aspersa)
  • Escargot romain (Helix pomatia)
  • Escargot gĂ©ant d’Afrique (Achatina fulica)
  • Escargot mauresque (Souche Nemoralis)
  • Cabrillas (Otala punctata)
  • Cowboys ou highlanders (Iberus gualtieranus alonensis)

Les arachnides qui respirent dans les poumons

  • L’araignĂ©e solitaire brune (Prisonnier de Loxosceles)
  • AraignĂ©e noire du chĂŞne-liège (MacrothĂ©lie calpĂ©ienne)
  • Scorpions de forĂŞt gĂ©ants (genre Heterometrus)
  • Scorpion noir africain (genre Pandinus)
  • Tarentule rose au saumon (Lasiodora Parahybana)
  • Veuve noire (Latrodectus mactans)