Les écosystèmes lotiques : ce qu’ils sont et des exemples

Il existe deux principaux types de systèmes d’eau, selon que leurs eaux sont en mouvement ou calmes. Les écosystèmes lotiques, également connus sous le nom des écosystèmes riverains, sont en cas de sécheresse grave, lorsque l’eau coule en permanence et peut disparaître complètement.

Types d’écosystèmes aquatiques

Avant d’entrer dans la discussion sur les écosystèmes lotiques, nous commencerons par clarifier les principaux types d’écosystèmes aquatiques:

Ecosystèmes d’eau douce

Les écosystèmes d’eau douce couvrent environ 0,8 % de la surface de la Terre et fournissent un habitat à des organismes aussi divers que les reptiles, les amphibiens et plus de 40 % des espèces de poissons. Ces écosystèmes contiennent peu ou pas de sel, et peuvent être différenciés en : rivières et ruisseaux (écosystèmes lotiques, à évolution rapide), lacs, étangs et zones humides (écosystèmes lentiques, à évolution lente).

Complétez ces informations avec ces autres articles de Green Ecology dans lesquels nous expliquons pourquoi l’eau des rivières est douce et parlons des écosystèmes aquatiques d’eau douce avec des exemples.

Ecosystèmes d’eau salée

Les écosystèmes marins ou d’eau salée sont les plus grands écosystèmes existants et couvrent plus de 70 % de la surface de la terre, contenant environ 97 % de l’eau existante. Ils abritent une variété d’organismes, des coraux et des échinodermes aux algues brunes et aux dinoflagellés. Ces écosystèmes se caractérisent par leur forte teneur en minéraux et en sels dissous. Parmi les types d’écosystèmes d’eau salée, citons les océans, les estuaires, les zones humides, les cheminées hydrothermales, les marais et les récifs coralliens.

Quels sont les écosystèmes lotiques et leurs caractéristiques ?

Les écosystèmes lotiques sont des systèmes avec des eaux rapides dans un seul sens. Ils comprennent toute masse d’eau en mouvement, telle que les rivières, les ruisseaux, les sources, les canaux, etc. Ci-dessous, nous précisons les caractéristiques des écosystèmes lotiques ou de l’eau en mouvement.

  • Tout au long de leur parcours, ils transportent des matières dissoutes. La solution de la charge sédimentaire, c’est-à-dire les matériaux de la charge sédimentaire qui sont en solution (généralement des ions provenant de l’usure chimique du substrat).
  • Ses eaux ont un certain degré de turbidité. On entend par là le degré d’opacité qu’elle présente, qui peut être déterminé par la quantité d’argiles, de sables et de boues, de bactéries et d’autres micro-organismes ou de précipités chimiques qu’elle présente. Si elle est très turbide, il sera difficile de voir à travers l’eau, et si la turbidité est faible, l’eau sera transparente
  • Ils présentent une progression longitudinale de la température (la température a tendance à augmenter le long du parcours du système ; plus la rivière ou le cours d’eau est petit, plus la variation de température est importante et plus la réaction aux fluctuations de température de l’environnement est rapide et, à mesure que le volume d’eau augmente avec le parcours de la rivière ou du cours d’eau et qu’il devient plus constant, la plage de variation de température diminue).
  • Ils contiennent des gaz atmosphériques et, en fait, ont une forte concentration en oxygène. Cela est particulièrement vrai dans les zones où l’eau est la plus mobile et où la température est la plus basse, puisque la quantité d’oxygène dissous diminue avec l’augmentation de la température de l’eau.
  • En général, les écosystèmes lotiques abritentune grande biodiversité. Les plus courants sont les insectes (éphémères ou plecoptères par exemple), les poissons (truites, anguilles…) ou les mammifères (loutres ou castors par exemple).
  • Les écosystèmes lotiques sont caractérisés par deux types de zones : les rapides et les backwaters. Les rapides sont des zones où l’eau coule si vite qu’elle transporte la plupart des sédiments en solution ou en suspension, tandis que les eaux dormantes sont des parties plus profondes de la rivière où la vitesse du débit diminue et où les sédiments transportés ont tendance à se déposer et à s’accumuler dans le lit.
Les écosystèmes lotiques : ce qu'ils sont et des exemples - Qu'est-ce que les écosystèmes lotiques et leurs caractéristiques

Écosystèmes lotiques : exemples

Quelques exemples d’écosystèmes lotiques sont tous les écosystèmes où l’eau est en mouvement, tels que les rivières, les ruisseaux, les sources, les criques et les canaux.

Écosystèmes lotiques : rivières et ruisseaux

L’eau des rivières et des ruisseaux est toujours en mouvement, ce qui rend les plantes et les animaux qui y vivent mieux adaptés à ces conditions d’eau en mouvement, comme c’est le cas pour le saumon.

Exemples d’écosystèmes lotiques : les sources

Les sources sont des zones où la nappe phréatique est exposée, s’écoulant généralement de la surface de la terre. L’eau de source provient d’aquifères ou de la nappe phréatique et peut avoir parcouru de longues distances depuis son point d’origine jusqu’à son écoulement. Il existe différents types de sources et leur eau peut varier en qualité (il y a des sources potables et non potables), en quantité d’ions qu’elles contiennent (cela dépend du cours suivi et des conditions géologiques de l’aquifère d’où provient la source) et en température (certaines sont des eaux froides et d’autres peuvent dépasser 500 ºC). En outre, les sources peuvent être pérennes et émerger de façon saisonnière ou éphémère et avoir des intervalles tout au long de l’année où elles émergent de façon irrégulière.

Différence entre les écosystèmes lentiques et lotiques

Les principales différences entre les écosystèmes lentiques et lotiques sont :

  • Les écosystèmes lentiques, contrairement aux lotiques, ce sont ceux qui sont formés par des eaux stagnantes telles que les lacs, les mers, les étangs, les fossés, les piscines saisonnières et les marécages.
  • Dans les écosystèmes lotiques, on trouve des algues, des plantes flottantes et enracinées et des invertébrés tels que les crabes et les crevettes, des amphibiens comme les grenouilles, les salamandres et des reptiles comme les serpents d’eau et les alligators. Dans le cas des eaux stagnantes, comme elles ont une plus grande pénétrabilité à la lumière, elles peuvent supporter une grande variété de plantes aquatiques.
  • Au cours des périodes de sécheresse plus chaudes, contrairement aux lotiques, les écosystèmes lentiques ont tendance à résister plus longtemps à ces conditions défavorables et prennent plus de temps à se dessécher complètement, de sorte que les organismes vivant dans ces systèmes peuvent continuer à le faire malgré la diminution des approvisionnements.
  • Dans les systèmes lentiques, trois couches sont différenciées : épilimnion, métalimnion et hypolimnion. L’épilimnion est la couche superficielle de l’eau, qui présente la plus forte concentration d’oxygène et de lumière, ainsi que de vie ; le métalimnion est la couche intermédiaire, dans laquelle la température de l’eau commence à diminuer (c’est généralement dans cette couche que se trouve la thermocline) et la vie, bien qu’elle continue à présenter de nombreux organismes ; l’hypolimnion est la zone la plus profonde, qui maintient la température en hiver (il met plus de temps à se réchauffer mais aussi à se refroidir) et où la quantité de lumière capable de pénétrer dans l’eau diminue énormément, avec la possibilité d’une obscurité totale. C’est pour cette raison que dans cette dernière couche se trouve la plus petite quantité d’organismes vivants.
  • Une autre différence entre les deux types d’écosystèmes est que les écosystèmes lotiques ont tendance à être plus superficiels que les écosystèmes lentiques et cela fait de la température l’un des facteurs abiotiques les plus importants pour la vie dans ces systèmes. L’eau des écosystèmes lotiques gèle et dégèle plus rapidement que les eaux profondes des lenticulaires. Les écosystèmes lotiques dépendent des précipitations, de la fonte des neiges et des sources pour que l’eau continue de couler. En période de sécheresse, ces systèmes de surface s’assèchent et cela entraîne la mort de nombreux organismes qui y vivent.