Les écosystèmes lenthiques : ce qu’ils sont et des exemples

La connaissance des écosystèmes est un monde qui nous apporte des découvertes surprenantes sur le fonctionnement de la nature. À différentes échelles, des organismes et des individus aux communautés d’espèces, nous pouvons découvrir différentes techniques d’adaptation que les êtres vivants mettent en œuvre dans leur vie quotidienne pour survivre dans leurs habitats. Ces habitats se trouvent parfois dans des régions terrestres, parfois dans des zones aquatiques ou même dans des régions mixtes (terre-eau ou air-terre).

Types d’eau ou d’écosystèmes aquatiques

Les différents types d’écosystèmes aquatiques on peut les classer en deux grands groupes, selon qu’ils sont composés d’eau salée ou d’eau douce. Voyons, ci-dessous, tous les types d’écosystèmes aquatiques naturels que nous pouvons trouver dans le monde.

Écosystèmes aquatiques marins (eau salée)

Dans cet autre billet, nous en apprenons davantage sur les écosystèmes aquatiques d’eau salée et leurs caractéristiques.

Écosystèmes aquatiques d’eau douce

  • Rivières et ruisseaux
  • Lacs et lagunes
  • Marécages
  • Zones humides

Dans cette classification des écosystèmes aquatiques d’eau douce, si nous examinons le « comportement » de l’eau au sein de l’écosystème, nous pouvons également distinguer les écosystèmes lotiques. L’eau de ces rivières et ruisseaux s’écoule principalement dans un sens (rivières et ruisseaux). Celles qui ont une structure fermée, dans laquelle leurs eaux sont stagnantes en permanence (lacs et lagunes, marécages et zones humides).

Dans la section suivante, nous nous concentrerons exclusivement sur la connaissance détaillée des principales caractéristiques des écosystèmes lentiques.

Que sont les écosystèmes lentiques et leurs caractéristiques ?

Les écosystèmes lenthiques sont ceux les systèmes aquatiques d’eau douce dans lesquelles, en raison de leur structure fermée, ses eaux restent stagnantes. Il s’agit de systèmes d’eau intérieure où il n’y a pas de courant entre les eaux.

Tout au long du cycle de vie des écosystèmes lentiques, leur profondeur diminue progressivement jusqu’à ce qu’ils disparaissent, moment où ils disposent également d’une végétation abondante. Lorsque les sécheresses persistent ou pendant les mois d’été, de nombreux écosystèmes lentiques se dessèchent, car l’eau de pluie est la seule source de revenus qu’ils reçoivent et qui leur permet de renouveler l’eau qu’ils ont stagné.

Dans tous les écosystèmes lentiques, on peut distinguer trois zones bien marquées :

  • Zone côtière : est la zone la plus proche de la région terrestre, avec un grand nombre d’espèces de la flore et de la faune. Il est très peu profond et reçoit beaucoup de lumière. Les êtres vivants qui habitent cette zone de l’écosystème lentique disposent d’une grande quantité d’oxygène et de nutriments, favorisant ainsi le dynamisme qui caractérise la zone côtière.
  • Zone calcaire : est situé au centre de l’écosystème, étant la région intermédiaire où vit le plus grand nombre de poissons qui composent l’écosystème lentique.
  • Zone profonde : Il n’est pratiquement pas exposé au soleil et se caractérise par les sédiments qui se déposent sur le fond et par la présence de quelques poissons et mollusques.

Maintenant que nous avons vu ce que sont les écosystèmes lentiques et leurs principales caractéristiques, examinons de plus près quelques exemples de ceux-ci dans la section suivante.

Les écosystèmes lentiques : ce qu'ils sont et des exemples - Qu'est-ce que les écosystèmes lentiques et leurs caractéristiques

Écosystèmes lenthiques : exemples

Les différents écosystèmes lentiques présentent des différences en termes de profondeur et de dimensions, ce qui est en même temps directement lié à la quantité de biodiversité qu’ils abritent. Ce sont les différents exemples d’écosystèmes lentiques trouvés dans la nature:

Lacs et lagunes

Ce sont les écosystèmes lentiques les plus représentatifs et ils ont une extension moyenne à grande, ainsi qu’une profondeur qui atteint 2 000 mètres dans certains lacs profonds.

Dans cet autre article, nous parlerons davantage de ces types d’écosystèmes en expliquant la différence entre un lac et une lagune et leurs caractéristiques.

Zones humides et marais

Tous deux se caractérisent par leur très faible profondeur, ce qui est directement lié au grand nombre d’espèces végétales qu’ils abritent, ainsi qu’aux amphibiens et aux reptiles.

Étangs

Ce sont des écosystèmes aquatiques lentiques artificiels, car ils sont créés par l’homme dans le but de stocker l’eau dans des structures fermées pour un usage spécifique, comme la pisciculture.

Les flaques d’eau

Ce sont les écosystèmes aquatiques qui contiennent le moins d’eau stagnante. Ces écosystèmes lentiques sont idéaux pour fournir de l’eau aux animaux de divers groupes qui paissent, volent ou simplement errent autour de l’étang.

Mats

Ces écosystèmes lentiques ont l’apparence d’un grand marais. Elles sont normalement formées par le débordement d’une rivière ou d’une lagune pendant les mois d’hiver et les fortes pluies, laissant des eaux stagnantes dans les zones plates qui constituent l’estuaire.

Les écosystèmes lenthiques : ce qu'ils sont et des exemples - Les écosystèmes lenthiques : exemples

Différence entre les écosystèmes lentiques et lotiques

Les principales différences entre les écosystèmes lentiques et lotiques sont au nombre de deux : leur mouvement ou leur comportement et les principales zones ou parties dans lesquelles ils sont divisés.

Comportement des écosystèmes lentiques et lotiques

Comme nous l’avons découvert tout au long de cet article, la principale caractéristique des écosystèmes lentiques est que leurs eaux restent toujours stagnantes, sans aucun type de débit ou de courant. En revanche, les eaux des écosystèmes lotiques sont très dynamiques, caractérisées par un écoulement principalement dans un sens.

Parties des écosystèmes lentiques et lotiques

D’autre part, nous avons déjà vu comment les écosystèmes lentiques ont trois zones dans leur structure (limnétique et littoral profond), alors que les écosystèmes lotiques sont constitués d’une zone de rapides (courants d’eau très rapides qui empêchent le dépôt de matériaux dans les zones inférieures) et de la zone de backwaters (située en profondeur, avec des courants d’eau plus lents et dans laquelle divers sédiments, tels que le limon, s’accumulent).